Deux Vies Tome III - partie 2

33,00 €
TTC
Quantité

 

Garanties sécurité (voir en pied de page)

 

Politique de livraison (voir en pied de page)

 

Politique retours (voir en pied de page)

 

TVA non applicable selon l’article 293 B du Code Général des Impôts

DEUX VIES

Tome III – partie 2

Auteur(e) : K.E. Antarova

Roman en trois tomes écrit par une célèbre cantatrice du théâtre Bolchoï à Moscou facilitant à un large public l’accès aux profonds principes de progrès personnel

Écrit dans les années quarante du vingtième siècle, ce roman a d’abord circulé en « samizdat » ou « édition clandestine » avant d’être publié en russe en 1993. Son auteure était cantatrice au théâtre Bolchoï et a notamment étudié avec Konstantin Stanislavski, dont la méthode de travail est restée célèbre. C’est un roman facilitant à un large public l'accès aux profonds principes de progrès personnel, de morale et d'éthique. Tout au long des différentes parties du récit, à travers le personnage de Liovouchka – dont certains traits de la biographie rappellent celle de Lev Tolstoï –, le lecteur fera des rencontres de plus en plus ésotériques, pour finalement arriver au saint des saints des Grands Maîtres. Au fur et à mesure que le roman avance, les aventures laissent de plus en plus le pas à l'enseignement.

Dans la deuxième partie du dernier tome, Liovouchka prend conscience que même pour ceux qui se sont consacrés à l’amélioration de soi tout n’est pas simple. Il rend visite aux différents groupes qui ont dû quitter la Communauté d’Ali pour habiter plus loin dans le désert, afin d’apprendre à mieux se maîtriser, protégés des forces maléfiques qu’ils ont servies dans le passé sans le vouloir. Dans les différents lieux visités, Liovouchka découvre de nouveaux modes de vie, et il doit faire face à une terrible tempête de sable. Mais il n’est plus l’enfant faible et malhabile du début. Lors d’une rencontre avec les « Seigneurs de l’oasis », on lui montre une vision grandiose de l’organisation de l’univers, du rôle des différentes forces qui le régissent. De plus, au fil des jours, Liovouchka comprend que chacun est responsable des conditions dans lesquelles se déroule son existence, et que la grande puissance de changement se situe dans la fidélité de chacun envers la vie, dans la maîtrise de soi, et dans la manière de se joindre au labeur de la terre et de l'univers, ainsi qu’à toutes les consciences qui l'habitent, jusqu'au bout. Il découvre l'importance du travail au quotidien, quelles que soient les conditions extérieures dans lesquelles celui-ci s’effectue. Il apprend aussi qu’il n'y a pas de moyen de lutte plus efficace dans la vie de tous les jours – ou durant les périodes de guerre, de décadence éthique ou de rupture d’équilibre chez les hommes – que la « joie » que rien ne peut assombrir. À la fin de cette période d’apprentissage, Liovouchka est prêt à appliquer le principe « EN AIMANT VAINCRAS ».

Vous aimerez aussi